0 3 minutes 3 semaines

En ce début d’année 2024, cette bonne chaîne Museum TV commémore dignement le 80e anniversaire de la mort d’Edvard Munch (23 janvier 1944)

Leur travail consiste à interroger les commissaires des expositions, qui ont lieu à cette occasion et de nous montrer les œuvres en perspective. Il y a un effort didactique. Et bien que l’acquis + l’hérédité pathologiques sont possiblement pour quelque chose dans la morbidité de son travail et sur ses propres justifications, la façon de nous relater cela n’est pas trop gênante. On peut l’admettre et passer à autre chose. Le Cri poussé par Munch n’est pas tout. La tuberculose qui a tué chez les siens est clairement présente dans le tableau de sa sœur malade. Lui même atteint, est loin d’être bien portant. Il y a de plus de la « psychose mélancolique » dans la famille et lui-même en souffre.

L’exposition principale s’appuie à la fois sur la chronologie et la thématique. Elle commence par deux intéressants autoportraits du peintre qui ont été fait au début et la fin de la vie de Munch. Ces regards nous en disent déjà beaucoup. Le plus précoce montre une certaine naïveté doublée de la force vitale de la jeunesse et le dernier nous dévoile tout le contraire ; maturité lucide et repli prudent.

Son style lui est propre. Bien qu’il soit facile d’y déceler des emprunts aux impressionnistes, dont il a été proche. Mais dans le fond, il cherche toujours à échapper aux influences. Il peut se venter d’avoir été chassé par les butors sous prétexte d’« art dégénéré ».

Curieux que l’on nous montre rarement plus que l’une ou l’autre version du Cri alors qu’il a peint un millier de tableaux, 4 500 dessins et aquarelles et conçu six sculptures. Voilà qui donne envie d’aller au Munchmuseet (le musée Munch)

Le documentaire nous aide à mieux le connaître et replace ce fameux Cri dans une œuvre panoptique dont il n’est qu’un maillon. J’en ai vu une version à Zurich.

Fuyez les sites priorisés par Google, qui se contentent de radoter cette phrase, et qui voudraient vous faire payer pour cela :

« A l’occasion des 80 ans de la disparition de l’artiste Edvard Munch, Museum TV vous propose une soirée spéciale qui va aidera à comprendre l’œuvre et l’artiste… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *