0 4 minutes 1 mois

« Les aristocrates à la lanterne », c’était hier. Désormais, ce 21 janvier, la place est aux banquets.

L’hydre réactionnaire chrétien redresse ses hideuses têtes. Comme on le voit sur ces tribunes relayées par les sites d’information. La réaction se nomme désormais riposte. Franche rigolade !

Ces zozos désuets et un brin bornés, qui voudraient ressusciter leurs vieilles idées, ne me font pas peur. Même s’ils multiplient les Messes de Requiem pour Louis XVI, pour TOUTES les « victimes de la Révolution ». Il y a fort à parier que Robespierre ne soit pas considéré comme une « victime de la Révolution ». Ces illuminés rajoute même qu’ils vont prier ainsi pour « le salut de la France ».

On ouvrira même le « testament du roi Louis XVI (Association St Pie V). Je ne sais pas trop ce qu’il a laissé à part des dettes de la gabegie.

« Ce samedi 20 janvier 2024, le prince Jean d’Orléans, comte de Paris a assisté à la messe célébrée par l’abbé Olivier Scache, vicaire de la paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois. L’église accueille chaque année les partisans monarchistes pour rendre hommage au roi Louis XVI, d’abord jugé en tant que Louis Capet, puis guillotiné le 21 janvier 1793, à 38 ans. L’année dernière marquait le 230e anniversaire de son décès. »

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira !

Le vrai catéchisme nous instruira

Et l’affreux fanatisme s’éteindra.

Le cinéma bovin a tenté à de multiples reprises de sauver le soldat Capet et de revenir sur les acquis révolutionnaires méritocratiques. On connaît cette vision doctrinale qui dérape totalement, en dressant le portrait biaisé d’un roi « plus humain », plus « soucieux du peuple » et qui serait opposé aux « privilégiés » de la noblesse.

Et on oublie bien évidemment les exigences régicides et donc irréversibles, dues à la sérieuse menace d’un invasion royaliste venue de l’étranger. Leur but à l’époque comme maintenant étant de rétablir un ordre ancien inacceptable.

Et quand les larmes sur Louis ne suffisent pas, on convoque Marie-Antoinette, la frivole épouse du roi, afin de faire pleurer dans les chaumières et sur tous les tiktocs du moment. La mise en ébullition de l’émotion guide leurs pas. L’époque étant à l’acculturation, peut-être que nos contre-révolutionnaires ont un boulevard de bêtise propice devant eux.

***
Gastronomie politique :

Se pose la question de la commémoration de la mort justifiée de Louis XVI, soit par des louanges, soit par cette emblématique « tête de veau ». Un délice annuel pour les républicains. Et comme je suis soucieux du juste équilibre, je mets sur le plateau d’en face, notre violent Robespierre et le plat « 10 thermidor – an II ».

***

« La société est obligée de pourvoir à la subsistance de tous ses membres, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler. »

« Les secours indispensables à celui qui manque du nécessaire sont une dette de celui qui possède le superflu. Il appartient à la loi de déterminer la manière dont cette dette doit être acquittée. » (Robespierre)

« Les malheureux sont les puissances de la terre. Ils ont le droit de parler en maître aux gouvernements qui les négligent. » (Saint-Just)

La suite sur :

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
Le peuple en ce jour sans cesse répète,
Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
Voilà trois cent ans qu’ils nous promettent
Qu’on va nous accorder du pain
Voilà trois cents ans qu’ils donnent des fêtes
Et qu’ils entretiennent des catins
Voilà trois cents ans qu’on nous écrase
Assez de mensonges et de phrases
On ne veut plus mourir de faim

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ah_!_%C3%A7a_ira

https://histoiresroyales.fr/comte-de-paris-prince-de-ponte-corvo-recueillent-memoire-louis-xvi/

https://riposte-catholique.fr/archives/185979

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *