0 3 minutes 1 mois

Cette première partie de critique de cinéma se trouve ici et non sur le site frère : https://librecritique.fr – Il y a une raison à cela. C’est le « cas » de ce Bukowski de Los Angeles, un vrai « malade ».

Crazy Love de Charles Bukowski est un témoignage à l’écran des profondes failles et de la perversité larvée de cet auteur. J’ignore s’il met ses fantasmes à exécution. J’y vois plutôt un refuge et des provocations.

Harry Voss, a 12 ans quand son pote plus âgé se mêle de faire son éducation sexuelle. Il l’envoie sur le front avec pour mission de se déniaiser. Les projets sont hors d’attente pour ce gabarit de petite taille. On se demande même s’il en est déjà au stade de l’envie ou à celui du défi.

Il va se coucher sur une étrangère bourrée, mais celle-ci se cabrera et lui fera la honte.

Il entreprendra de donner un baiser avec la langue à une jeune fille plus dégourdie que lui. Mais cela sera un échec dans ce train fantôme.

Au final le grand lui montrera comment se branler.

Il le fera avec l’image des ses illusions de jeunesse. Une photo de princesse de cinéma, dans un film aussi con qu’un Disney.

Ceci peut paraître anodin, mais le réalisateur Dominique Deruddere comprend visiblement l’esprit tordu de Bukowski. Et donc il donnera une connotation sulfureuse à ces expériences assez communes.

Qui n’a pas été dans l’une ou l’autre de ses situations ? Les plus aventuriers et les plus précoces peuvent avoir connu les trois. Je pourrais vous en parler (sous la torture).

Charles Bukowski a connu la maltraitance, la misère et diverses frustrations. Il a fini par casser la gueule à son père à 16 ans. Un terreau fertile pour un écrivain ? Pas question d’invoquer le j’accusisme et l’excusisme pour autant.

Il aura des difficultés avec les femmes, comme cette acné terrible dont on parlera au prochain épisode. Et pourtant il est obsédé sexuellement et clairement pornographe.

Il ne se fait pas trop d’idées sur lui-même. Il rédigera Journal d’un vieux dégueulasse, (publication Lawrence Ferlinghetti) – Il ne côtoie pas Jack Kerouac (Sur la route) ou William Burroughs, pourtant il est en phase avec cette nouvelle vague qui s’exprime crûment et qui relate des expériences hors normes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27amour_est_un_chien_de_l%27enfer_(film)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Bukowski

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *