0 2 minutes 2 mois

Une liste imparfaite, non exhaustive et volontairement polémique des nouvelles attributions médicales pourrait ressembler à ceci :

  1. – Référent permanent, lien social.
  2. – Grand organisateur de la naissance, de l’amour et de la mort.
  3. – Gérant du mal de vivre.
  4. – Héritier des abandonnés.
  5. – Juge de paix, Substitut de l’autorité.
  6. – Dépositaire du secret
  7. – Gardien des traditions
  8. – Pygmalion
  9. – Grand gourou
  10. – Grand argentier de la sécurité sociale
  11. – Assistante sociale de luxe
  12. – Curé de campagne, pasteur, rabbin ou imam
  13. – Père, mère, grand-père, grand-mère

* Curé de campagne, pasteur, rabbin ou imam

L’individu moderne est orphelin des croyances qui lui permettaient par le passé d’assumer toute l’irrationalité de l’existence. Mort, souffrance, au-delà, sont quelques-unes des questions auxquelles la religion apportait une réponse et qui aujourd’hui sont souvent implicitement posées au médecin.

  • La transgression des principes moraux acquis dans l’enfance est elle aussi génératrice de toute une problématique anxiogène qui nous revient en consultation et sur laquelle notre avis et souvent notre approbation sont sollicités. Ce domaine de la pensée devrait être abordé lors des études médicales, afin de permettre au médecin d’écouter sans l’écarter systématiquement le bruit de fond spirituel qui entoure souvent la relation médecin-malade.
  • Désolé Monsieur le Curé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *