0 3 minutes 2 mois

Le médecin est à un tournant. Contrairement à l’idée générale, ce n’est pas la diminution de ses attributions qui pose problème aux médecins. C’est plutôt son désarroi devant de nouvelles attributions médicales. Il n’y est pas préparé… Le médecin est guetté à ce tournant, saura-t-il comprendre les nouveaux enjeux?

Je vous livre ces quelques réflexions, un peu longues et très paranoïaques, inspirées par l’observation quotidienne de ma pratique confrontée aux turbulences syndicalo-ministéro-médicales.

À quand un débat de fond consacré au rôle du médecin dans notre société et à l’éthique médicale du quotidien ?

La crise actuelle qui secoue la médecine occidentale me semble dépasser de beaucoup le trou de la Sécurité Sociale ou les quelques milliards d’euros en plus ou en moins que notre activité pourrait générer.

Il me semble s’agir plus d’une lutte de pouvoir orchestré inconsciemment peut-être par tous ceux, politiques, administratifs ou autres que nos attributions dans la société actuelle, dérangent et inquiètent.

La fonction médicale, dans le sillage de l’histoire des mœurs, des progrès scientifiques et des nouvelles données économiques, est en profonde mutation et récolte souvent bien malgré-elle, de nouvelles attributions pour lesquelles formation et préparation font cruellement défaut.

  • Le médecin, généraliste surtout, se re-trouve malgré lui, grand héritier de tous les dysfonctionnements de la société.

Une liste imparfaite, non exhaustive et volontairement polémique des nouvelles attributions médicales pourrait ressembler à ceci :

  1. – Référent permanent, lien social.
  2. – Grand organisateur de la naissance, de l’amour et de la mort.
  3. – Gérant du mal de vivre.
  4. – Héritier des abandonnés.
  5. – Juge de paix, Substitut de l’autorité.
  6. – Dépositaire du secret
  7. – Gardien des traditions
  8. – Pygmalion
  9. – Grand gourou
  10. – Grand argentier de la sécurité sociale
  11. – Assistante sociale de luxe
  12. – Curé de campagne, pasteur, rabbin ou imam
  13. – Père, mère, grand-père, grand-mère

***

Cette liste de nouvelles prérogatives pourrait s’allonger à loisir…. Le médecin est guetté au tournant et ses discours et attitudes habituelles ne cadrent plus toujours avec les préoccupations et attentes de ses patients, ni surtout avec l’image qu’il se fait de son travail.

D’autres l’ont compris et s’empressent d’anticiper et de canaliser les fougues de tous ceux qui déjà ne leur font que trop d’ombre.

Serons-nous à la hauteur des prérogatives que la société de demain nous réserve ?

Sommes nous prêts à assumer tous ces rôles ? Dans quelle mesure et sur quelles bases ?

En avons-nous l’envie ?

Et surtout, saurons-nous garder notre identité face à tous ceux pour qui nos nouveaux rôles et pouvoirs d’acteurs à plein temps de la société ne peuvent qu’être intolérables ?

Devons nous relever le défi de l’aventure sociale, politique et humaine, ou accepter d’être une bonne fois pour toute emballés dans leur fameuse et bien nommée  » enveloppe globale  » qui comme un préservatif castrateur nous réduira fatalement au rang de technicien bienveillant, malléable et sans âme.

Ne nous trompons pas d’ennemi et prenons le pouvoir tant que celà reste possible.

Ce sont peut-être là les questions fondamentales qui conditionneront nos pratiques futures, et qui dépassent actuellement de beaucoup le prix de la dernière aspirine génériquée.

***

Les chapitres à venir nous éclaireront sur ces 13 nouvelles fonctions.

Dr PW

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *