0 4 minutes 2 mois

Très beau « Blues » philosophique par Basile’s Highbone.

Histoires du monde blafard des rétroprojecteurs et des buffets labo.

Basile’s Highbone:

J’ai toujours pensé, que, dormant seul, la porte ouverte, ELLE viendrait, caressée par le chaud écru d’une lune transparente, effleurant le drap de la souple rosée de ses cheveux… ménarche ??… puberté différée ??…

Putain de cocktail ! Ce Basile’s Highbone me fait ça à chaque fois. Après 5 minutes de rétroprojecteur blafard et ronronnant, une conférencière plus facile à regarder qu’à écouter, une journée ou même les minutes agacent, mes yeux de myope se ferment sur la réalité de mes rêves les plus flous.

Le temps de me recaler sur le sujet de ce soir, et hop ! je leur sors une question piochée hier soir dans un article Burkinabo-Bosno-Helvète, récupéré sur internet.

Tout le monde se réveille, la sélection des joueurs pour la prochain tour du Du Manoir et interrompue, et la main de mon affectueux voisin, quitte, affolée, dans le crissement soyeux d’un bas qui se file, le genou accueillant de ma consœur soupirante.

Grâce à la vraie fausse obligation de F.M.C, les sauteries mensuelles que j’organise obstinément depuis 10 ans, ont un nouveau public, assidu bien que, parfois peu attentif.

Les V.M et les limonadiers me couvent d’un zèle concupiscent, me laissant le libre choix des sujets et des menus.

Je me la joue, administratif et paperassier, suivant pied à pied la lettre de l’U.N.A.F.Oxxxxxx (ndlr cryptage 40 bits), avec attestation de présence, feuille d’émargement, résumé de séance. Tout ceci tapé avec abnégation par le doigt hésitant mais plein de bonne volonté d’une épouse médecin persuadée que le clavier n’est pas plus compliqué à utiliser que sa perceuse, sa tondeuse ou que sa pince à placo ( les bricoleuses me comprendront !!)

Ces petits bons points, distribués avec l’hypocrite sentiment de culpabilité d’un huissier établissant un constat d’adultère, sont acceptés avec le dédain factice d’un « on ne sait jamais, donnes m’en une, quand même… », mais soigneusement pliées et sournoisement rangées. Eh ! oui..  » Maréchal, nous revoilà… »

Il est certain que toute peine mérite salaire, qu’on boit avant la conférence mais qu’hélas, on dîne après. Ce qui, en fonction de l’histrionisme du conférencier, de l’intérêt relatif de questions hors sujet, du brouhaha né d’un conflit quant aux noms des 3/4 et du 8 de devant sélectionnés, peut amener le hors d’œuvre réchauffé 3 fois, vers 23 heure.

La soirée se termine, alors,dans la virile convivialité d’un repas insuffisamment apprécié, servi sans temps morts par un serveur de garde zombifié par l’heure tardive.

Chacun récupère ensuite son portable ostensiblement posé à droite ou à gauche de l’assiette ( il devrait exister une règle, comme pour le couteau et la fourchette !! ), vérifie la présence de l’attestation dans sa poche au cas ou se trompant, ils auraient embarqué le menu à la place.

On se quitte dans l’ataraxique euphorie du devoir accompli et la béatitude gastrique d’une séance d’informe action médicale continue ou la conviviale confrontation d’expériences individuelles.et singulières construit pas à pas la route qui conduit le médecin de famille de l’hypoanalphabétisation post-universitaire à l’expression de la quintessence de son Art !!! ( il a vraiment forcé sur le Cointreau dans le Basile’s….…)

Fin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *