0 3 minutes 2 mois

État de siège

Pour masquer des moyens peu recommandables, le gouvernement provoque la guerre avec les médecins.

Une campagne de presse est en cours. Plusieurs personnalités proches du gouvernement s’expriment et enveniment la situation.

L’argument est simple.

· Il y a des méchants : La sécurité sociale serait menacée par des grands groupes financiers. Selon VVV « Si nous loupons le coche, nous ne pourrons pas empêcher l’arrivée de systèmes de couverture privés » et des médecins inconscients, avides et fautifs. « On reste actuellement dans une logique… où on s’aperçoit que cela sert toujours plus les intérêts des professions de santé que ceux des assurés. » VVV

· Il y a des gentils : Le gouvernement se taille des habits de sauveur de la Sécu, ce sont les gentils.

Cette guerre est savamment orchestrée :

· C’est VVV qui a lâché le morceau « L’avenir de l’assurance maladie se joue dans les trois mois » . Le mois de septembre étant celui de soit disant négociations. Les états généraux de la santé organisés par le gouvernement sont déjà programmés. Ils doivent être divulgués les comptes de la sécu par la commission des comptes et UUU doit annoncer ses mesures…

Les pouvoirs spéciaux

Cette déclaration de guerre unilatérale permet au gouvernement d’user de pouvoirs discrétionnaires.

« L’annulation récente des conventions médicales par le Conseil d’Etat montre que notre droit est trop contraignant pour permettre aux partenaires sociaux d’innover » VVV

Pour lutter contre l’ennemi intérieur, le gouvernement ne va pas se gêner de problèmes moraux. C’est sans doute sa conception d’un devoir supérieur.

C’est grave. Cette mise en scène témoigne d’une volonté d’en finir par la manière forte, rapidement (3 mois), et sans trop de scrupules.

Il est pratiquement certain que le gouvernement ne reviendra pas sur les côtés immoraux et humiliants du plan ZZZ. Il entérine le « règlement minimal conventionnel » qui est une atteinte au droit contractuel. VVV en rajoute « il faut aussi indiquer clairement à ces partenaires sociaux ce que ferait le pouvoir politique au cas où il n’y aurait pas d’accord négocié. il faut, à mon sens, généraliser le tiers-payant, supprimer le secteur à honoraires libres et suspendre la prise en charge par les caisses des cotisations sociales des médecins »

La gauche a fait de la morale parce que les lois XXX sont passées sans concertation par la voie des ordonnances. Elle, elle fait plus fort avec des décrets contre les radio etc… et maintenant elle cherche à éviter le conseil d’état !

Le gouvernement re-signera avec qui il veut. La démocratie est piégée.

Médecins otages : Ce seront toujours les médecins qui paieront le dérapage des dépenses de santé.

Médecins nantis « Nous devons refuser que les fruits de la croissance aillent à ceux qui en revendiquent les premiers leur part – aujourd’hui les médecins – plutôt qu’à ceux qui en ont le plus besoin » YYY

Médecins délinquants : Nous aurons droit outre les juridictions traditionnelles et d’exception à des tribunaux populaires (une foule de commissions où siègent « les consommateurs » se mettent en place pour consacrer de démagogiques «droits des patients »)

Dr SX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *